Il n’y a rien comme ta maison, comme tes banalités du quotidien, comme la nourriture de ta mère…

Par Samuel Piette

 

Si demain matin un jeune de 14 ans vient me voir pour me demander s’il devrait faire comme moi et saisir la chance de partir quelques mois, voire quelques années en Europe, je n’hésiterai pas une seule seconde.

Vas-y.

Ce n’est pas à 40 ans avec deux enfants qu’il faut le faire. À 14 ans, le moment est parfait. Pas besoin que ce soit pour le sport, ça peut être pour un échange étudiant, pour vivre de nouvelles expériences. Peu importe.

Je ne regretterai jamais d’être parti durant 7 ans en Europe. C’est la meilleure décision que je pouvais prendre, autant pour mon sport que pour la personne que je suis devenu.

C’est sûr que c’est effrayant, partir si jeune. La culture est différente. Mais la vie, c’est la vie. Tu vas manger trois fois par jour, tu vas dormir comme tout le monde, tu vas garder contact avec ceux qui te sont chers.

Si tu ne saisis pas ta chance, peut-être qu’elle ne reviendra jamais. Il arrive que le train ne passe qu’une seule fois.

Reste qu’il ne faut pas penser que c’est une décision facile à prendre et sans conséquence.

Au cours de mes 7 années d’exil en France, en Allemagne et en Espagne, je me suis vraiment ennuyé de mes amis et de ma famille. C’est la réponse facile, c’est cliché, mais c’est la vérité.

La saison en Espagne dure de la mi-juillet à la mi-mai. On n’arrête à peu près pas durant les Fêtes. En Allemagne, la saison est plus longue, presque 11 mois, mais on a un congé à Noël. Ça ne me laissait que quelques semaines pour revenir ici l’été.

Je vis dans une petite maison à Repentigny. Ma chambre, mon lit, ce n’est pas comme en Europe. Il n’y a rien comme ta maison, comme tes banalités du quotidien, comme la nourriture de ta mère. Les petits restos d’ici, le Dic Ann’s!!! C’est stupide, je sais, mais ce sont les petites choses qui m’ont manquées.

J’ai une copine, on ne se voyait pas souvent. Elle travaille ici. Elle essayait de venir me voir aussi souvent qu’elle le pouvait, mais ça coûte cher, il faut avoir le temps. C’est compliqué. Je me suis aussi ennuyé de mon monde. J’ai des amis en Europe, mais rien ne vaut les 10 ou 15 ans d’amitié avec ma gang du Québec.

Ç’a pesé dans la balance. J’avais l’intérêt de jouer ici depuis le jour à l’Impact est arrivé en MLS. Avec les années, le club a progressé, la MLS a progressé. On voit le Centre d’entraînement qui est spectaculaire. Quand je suis allé en équipe nationale durant la Gold Cup, Anthony Jackson-Hamel et Patrice Bernier m’ont beaucoup vanté l’Impact. Ils m’ont aidé à prendre la décision de revenir à Montréal.

 

Mon train

 

Je vous parlais un peu plus tôt du fameux train qui ne passe peut-être qu’une fois.

Le mien, il est passé quand j’avais 14 ans. Je jouais pour Repentigny et j’ai accepté d’aller rejoindre l’équipe de Boisbriand au niveau AAA. L’entraîneuse Lyne Beauregard cherchait à former une équipe compétitive et ça faisait un moment qu’elle me suivait.

Comme elle croyait en mon potentiel, elle m’avait proposé de m’amener en France pour un stage d’un mois. J’ai dit oui et c’est ainsi que je me suis retrouvé au FC Metz avec elle et un autre joueur, Samuel Leblanc, que je salue au passage.

Là-bas, il y avait les pros, la réserve des moins de 23 ans, les 19 ans puis les 17 ans. Je m’entraînais avec les plus jeunes. On a fait notre mois, tout s’est bien déroulé, et on nous a proposé de revenir passer un autre mois un peu plus tard.

C’est après ce deuxième séjour que les discussions ont commencé pour que je parte durant un an au FC Metz. J’avais 15 ans à l’époque. Côté foot, c’était le summum. Au Québec, l’Académie de l’Impact n’existait pas encore. Il y avait le Centre national de Haute performance, mais ce n’était pas ce que je recherchais.

J’étais influencé par les grandes équipes européennes que je regardais à la télévision. Je savais que si je voulais m’y rendre un jour, je devais partir. Je ne voulais pas me ramasser à 18 ans sans avoir progressé.

En plus, j’avais déjà laissé passer ma chance une première fois, à 13 ans. On m’avait proposé de partir 6 mois en Allemagne, mais j’avais eu trop peur. Je ne réalisais pas encore le talent que j’avais. J’étais jeune, je ne savais pas ce qui m’attendait. Cette fois, pas question de refuser. J’ai dit oui au FC Metz.

Je sais que mon départ a été dur pour mes parents. Je suis enfant unique et je ne manquais pas d’énergie. Je prenais beaucoup de place et ils se sont retrouvés seuls à la maison. Mais ils ne me l’ont jamais fait sentir. Je leur en suis très reconnaissant.

Quand je leur ai annoncé que je voulais partir en Europe, leurs seules préoccupations ont été pour moi : hébergement, nourriture, école. Ils n’ont pas pensé à eux. Ils avaient peur, je le sais, mais ils ont toujours su que c’était ce que je voulais faire. Ils étaient là pour moi.

Mes parents ne viennent pas d’un milieu où le soccer est important. N’ayons pas peur des mots, ils ne connaissent rien là-dedans. Ils ont respecté ma décision et ils ont été rassurés par mon entraîneuse Lyne.

Chaque fois que j’écrivais à mes parents, ils voulaient seulement savoir si je mangeais bien, si je dormais bien, si j’avais un toit. Encore aujourd’hui, je ne leur parle pratiquement jamais de soccer. Ils veulent seulement savoir si je suis heureux. C’est tout ce qui leur importe.

 

La vie en Europe

 

J’avais l’avenir devant moi, mais j’ai quand même trouvé très difficile de quitter mon nid familial à 15 ans. Le soccer c’était ma passion, mais ce n’était pas encore un vrai travail. J’avais l’impression de tout risquer : famille, amis, études.

Au début, j’ai eu peur. Je me retrouvais entouré d’étrangers. Heureusement, tout le monde parlait français, l’intégration a été plus facile. J’ai eu la chance d’être bien encadré. Je restais dans un centre de formation avec des jeunes qui venaient d’un peu partout en France et du Sénégal.

Côté études j’étais en plein milieu de mon secondaire 3 quand je suis parti. Au FC Metz, pas question de mettre les études de côté. C’était vraiment une de leurs priorités. Après chaque entraînement, on avait 90 minutes d’études obligatoires avec des tuteurs.

J’ai terminé son secondaire à distance. J’avais mes manuels du Québec, une quinzaine de kilos dans mes bagages. J’avais les courriels de chaque enseignant. Ils me disaient quoi faire, puis je devais me débrouiller par moi-même.

Avant, j’étais très bon à l’école, j’aimais ça. À distance, j’ai eu plus de difficultés et j’ai perdu un peu le goût de l’école. Aujourd’hui, quand les gens me demandent si j’ai étudié, je dis que je suis allé à l’école de la vie. J’ai appris par moi-même.

Vivre 7 ans en Europe m’a apporté beaucoup de maturité. Je suis parti très jeune, et même si j’ai été accompagné les premières années, j’ai rapidement vécu seul. J’ai appris les petits trucs de la vie quotidienne, j’ai appris à cuisiner, je sais m’occuper d’une maison depuis très longtemps.

J’ai aussi changé ma manière de voir ma place dans le monde. La culture européenne est très différente. Sportivement, le soccer là-bas, c’est comme le hockey ici, mais multiplié par 10! C’est partout. Tout le monde, mais absolument tout le monde, sait ce qui se passe avec son équipe.

Il y aussi un côté très communautaire. Tout est proche. À l’endroit où je vivais en Espagne, dans un rayon de 300 mètres, il y avait 5 bars, 10 cafés, 3 restaurants. À Repentigny, c’est assez différent! Je sortais de chez moi et il y avait tout de suite quelque chose à faire.

Et que dire des horaires. Les gens sont beaucoup plus stressés en Amérique. En Europe, on soupe à 21h, 22h, même 23h. Ici, tu arrives à la maison après le travail et tout de suite tu fais le souper. Tu cours tout le temps. J’ai l’impression que les gens d’ici profitent moins de la vie.

Juste le fait de partir ailleurs et de voir autre chose m’a permis de prendre plein de petits trucs à droite et à gauche et de former mon identité. Ça m’a permis de voir ce qui est différent. J’adore le Québec, je suis né ici, j’ai plein d’habitudes québécoises, mais j’ai appris qu’il n’y a pas que ça. C’est bon de voir autre chose, de nouvelles perspectives.

Ces années en Europe ont fait de moi qui je suis aujourd’hui… dans la vie et sur les terrains de soccer. Et c’est cet homme qui revient à Montréal.

 

Fiche d’athlète :

 

Âge : 22 ans

Lieu de naissance : Repentigny

Position : Milieu défensif

Parcours professionnel : Fortuna Dusseldorf (2e division allemande), Deportivo B (4e division espagnole), Racing de Ferrol (3e division espagnole), CD Izarra (3e division espagnole)

Sélections nationales : 35 (senior), 8 (U23), 5 (U20), 7 (U17)