Personne n’avait jamais vraiment cru en mes chances. J’étais dans la Ligue nationale, je n’attendais pas que ça change…

Par David Desharnais

 

Le 10 novembre 2013, le maire de Montréal Denis Coderre avait fait les manchettes avec un certain tweet.

Il disait ceci : Allo? Un billet simple pour Hamilton pour David Desharnais svp…

Au moment de ce tweet, j’avais obtenu un seul point, une aide, en 16 matchs depuis le début de la saison. Ça n’allait vraiment pas, j’en étais bien conscient.

Le Canadien avait fait l’acquisition de Daniel Brière durant la saison morte. L’entraîneur Michel Therrien avait décidé de nous réunir au sein du même trio, en compagnie de Max Pacioretty, pour commencer la saison.

Après deux matchs, Max s’était blessé à un poignet. Jusque-là, ça ne cliquait pas tant que ça nous trois. Je dis ça, mais c’est dur de cliquer après deux matchs. On n’avait pas vraiment eu la chance de développer une très grande chimie…

Quand même, Michel Therrien en avait assez vu. Il m’a annoncé que j’étais rétrogradé de trio dans la formation. Je venais tout juste de signer mon contrat de 4 ans et 14 millions. Ça venait avec une nouvelle pression.

Après 5 ou 6 matchs, ça n’allait pas mieux. Après 15 matchs, je me suis retrouvé dans les gradins.

Entre-temps, Max s’était encore blessé, à la cuisse cette fois. Il connaissait lui aussi un début de saison pénible. Après 17 ou 18 matchs, c’est lui qui s’est retrouvé dans le bureau de l’entraîneur. C’est pendant cette rencontre qu’il a demandé à jouer avec moi et qu’il a changé à tout jamais notre relation, et peut-être même ma carrière.

Il voyait bien que j’avais toutes les misères du monde à m’en sortir. Il a voulu que l’on débloque, ensemble.

Je n’ai jamais vraiment su les mots qu’il a utilisés. Je ne lui ai jamais demandé. Je sais seulement qu’il a insisté pour rester à mes côtés, et que l’entraîneur l’a écouté.

Il a probablement expliqué qu’on jouait ensemble depuis 5 ans, qu’on se connaissait depuis nos années dans la Ligue américaine. Il est venu m’en parler. Ça m’a secoué : c’était le moment ou jamais de faire oublier mon mauvais début de saison.

 

Débloquer

 

Je me souviendrai toujours du premier match après cette rencontre avec l’entraîneur. On jouait contre le Wild du Minnesota, le 19 novembre 2013.

9 jours après que le fameux tweet de Denis Coderre ait fait le tour du Québec.

Max a inscrit un tour du chapeau et j’ai obtenu deux aides. On a battu le Wild 6-2.

Ce match a changé ma saison. Je dirais même que c’est l’un des moments les plus importants de ma carrière.

Je vivais des moments difficiles. Ils étaient plusieurs à ne pas croire en moi, et à partir de ce match-là, j’ai décollé. On a décollé en fait.  J’ai inscrit 51 points en 59 matchs avant la fin de la saison et Max a marqué 39 buts cette année-là.

Max et moi, on savait qu’on était capables de s’en sortir. Nos léthargies n’avaient jamais vraiment duré longtemps. Il fallait retrouver la confiance, on l’avait déjà vécu dans la Ligue américaine, on l’avait aussi fait à Montréal ensemble. Je devais y croire et oublier tout ce que les gens disaient autour de moi.

Quand j’ai commencé ma carrière, personne ne croyait en moi. Je n’ai jamais été repêché. J’ai joué une saison dans la ECHL. J’ai joué pendant 4 saisons avec les Bulldogs de Hamilton avant de devenir un joueur régulier du Canadien. Personne n’avait jamais vraiment cru en mes chances.

Maintenant que j’étais dans la Ligue nationale, je ne m’attendais pas à ce que ça change. Alors quand le maire Coderre a publié son tweet, je me suis dit : tant pis, allez vous promener si vous ne croyez pas en moi, je vais faire ce que j’ai à faire. Tout ce que j’ai fait pour me retrouver ici, dans la grande ligue, je vais le refaire. Je vais arrêter de me casser la tête, je vais arrêter de penser que je ne suis plus capable.

Quand j’ai atteint cet état d’esprit, c’est reparti.

Cette épreuve a aussi été le début d’une belle amitié.

Avant, Max Pacioretty, c’était vraiment une relation sur la glace. Ce n’était pas un gars avec lequel j’allais souper au restaurant, même dans la Ligue américaine. On s’entendait bien et nous avions un grand respect l’un pour l’autre. Mais nous n’étions pas de grands amis dans la vie de tous les jours.

Après cette année-là, quand tu passes au travers de moments difficiles côte-à-côte avec un coéquipier, ça crée des liens solides. Les deux dernières années à Montréal, on était beaucoup plus proches. On garde encore contact aujourd’hui.

Il faut dire aussi que quand tu gradues des ligues mineures avec un groupe de joueurs, forcément, tu finis par te rapprocher d’eux. Je me souviens qu’on était arrivés en même temps que PK Subban, Ryan White et Yannick Weber. Les vétérans ont quitté, on a pris leur place, certains joueurs ont été échangés, d’autres sont arrivés…

Tu finis par connaître vraiment seulement 3 ou 4 joueurs dans le vestiaire, les autres viennent tous d’ailleurs. C’est comme ça aussi que le lien devient encore plus fort.

Max et moi, on s’en est sortis ensemble. En fin de saison, on a aussi fait l’acquisition de Thomas Vanek et je peux sincèrement dire que ç’a été ma meilleure année.

On s’est rendus en finale d’association et on a perdu contre les Rangers. Sans la blessure à Carey Price, on se serait peut-être rendus en finale, on aurait peut-être soulevé la Coupe… Mais ce ne sont bien sûr que des suppositions.

 

Merci pour tout

 

Je profite aussi de cette lettre pour livrer un message très simple aux partisans du Canadien : merci pour tout.

Je suis un Québécois. Je suis né à Laurier-Station. J’ai joué mon hockey junior avec les Saguenéens de Chicoutimi. Quand on ne disputait pas un match de hockey, on se ramassait quelques gars ensemble, on allait jouer au pool et on regardait le Canadien.

J’ai encore en tête le moment où j’ai mis les pieds dans le vestiaire pour la première fois. J’ai croisé Saku Koivu, Alex Kovalev. Tu les vois à la télévision, et un jour, tu t’assois à côté d’eux. Il y avait les Lapierre, Latendresse, que j’affrontais au niveau junior et qui étaient devenus des joueurs de la LNH. C’était vraiment spécial.

Ç’a m’a pris deux ans, peut-être même trois, avant d’être moins impressionné. Je me disais que si je me laissais aller, j’allais me faire prendre. Je ne pouvais pas être trop impressionné.

Merci de m’avoir accompagné dans mon plus beau moment en 8 saisons avec le Canadien, quand on a battu les Bruins de Boston au 2e tour lors des séries 2014.

Les premières années, tu es tellement heureux d’être là que ça passe trop vite. Plusieurs souvenirs s’envolent. Quand on a affronté les Bruins, j’en étais à ma 4e année dans la Ligue nationale de hockey, j’avais le temps d’apprécier chaque moment.

Malgré tout, je vous jure, ça n’a rien à voir avec le premier match officiel que j’ai joué dans l’uniforme du Canadien. C’était à Pittsburgh en 2009. Contre Sidney Crosby. Je l’avais affronté au niveau junior, mais c’était complètement différent cette fois-là. Il avait marqué un but et une passe dans une victoire de 3-1.

Tu sais que c’est sérieux. C’est la grande ligue. Tu vois les caméras partout, les entrevues entre les périodes, tout ça reste à jamais marqué dans ta mémoire. Merci pour tous ces moments-là.

Porter le bleu-blanc-rouge, c’est un travail à temps plein. Tous les jours, de la manière dont tu te comportes, ne serait-ce que lorsque tu vas au restaurant, tu représentes le Canadien de Montréal.

C’est grisant, mais ça vient avec des responsabilités. Toute ta famille est ici, tout le monde sait que tu joues pour le Canadien. Si ç’a avait été le Wild, ça aurait peut-être été un peu moins glamour. Tout le monde se laisse prendre là-dedans.

Quand j’allais voir mes neveux ou des cousins dans les arénas, je me rendais compte que je ne pouvais plus jamais passer inaperçu. C’était ça, être un joueur du Canadien.

Tu te fais reconnaître partout et pour un joueur comme moi, qui arrivait un peu de nulle part, ç’a été extraordinaire.

Merci de m’avoir permis de vivre mon rêve de jeunesse en revêtant l’uniforme du Canadien. Jouer pour le Tricolore, c’était exactement comme je me l’imaginais. Dans les bons comme dans les mauvais côtés. Et en passant, les mauvais côtés, c’est aussi ça la beauté de jouer à Montréal.

***David Desharnais a passé 10 ans dans l’organisation du Canadien avant d’être échangé aux Oilers. Il a signé un contrat d’un an pour jouer avec les Rangers la saison prochaine. Desharnais totalise 81 buts et 173 aides en 453 matchs de saison régulière dans la LNH.